C’est officiel. L’homme le plus riche du monde, propriétaire de Tesla et SpaceX, vient de racheter ce lundi 25 avril le réseau social Twitter.

Un achat qui fait parler

L’homme d’origine sud-africaine avait déjà 9% d’actions dans l’entreprise à l’oiseau bleu, et est son réseau social favori. Fort de ses plus de 80 millions d’abonnés sur le réseau social, il rachète donc Twitter pour la bagatelle de 44 milliards de dollars.

Il compte bien ajouter sa patte au réseau social, notamment en ajoutant la possibilité de modifier ses tweets, ou bien en plus souple sur la modération des contenus.

La liberté d’expression avant tout

Elon Musk le dit et le répète : il veut remettre la liberté d’expression au centre de Twitter. Il l’a déjà annoncé le 14 avril dernier lors d’une conférence TEDx : il souhaite faire de la plate-forme « une arène inclusive pour la liberté d’expression ».

Ce libertarisme annoncé peut être vu comme une très bonne nouvelle pour certains, un peu moins pour d’autres. En effet, certains redoutent le retour de l’ancien président des Etats-Unis Donald Trump (suspendu indéfiniment du réseau social pour incitation à la violence en janvier 2021 lors des événements du Capitole), dont Elon Musk est un proche ami.

L’ex-fondateur de Paypal souhaite aussi rendre l’algorithme de Twitter plsu transparent, ainsi que limiter, voire faire disparaître, les spambots qui sont souvent la source d’arnaques.

Vers un nouvel âge d’or des réseaux sociaux traditionnels ?

La question peut se poser, car sur les quatre pricipales plate-formes sociales (Twitter, Facebook, Youtube et Tiktok), les deux premières seront dirigées par des milliardaires. On sait déjà que Mark Zuckerberg (propriétaire de Facebook) a un contrôle total sur sa galaxie (Facebook, Instagram, Whatsapp) et décide clairement ce qui peut-être partagé ou non sur sa plate-forme. Que cela va-t-il donner avec Elon Musk aux commandes de Twitter, qui prône tout à fait l’inverse ?